Service95 Logo
Issue #032 Un parc culturel qui réhabilite les villes laissées à l’abandon
Issue #032 Un parc culturel qui réhabilite les villes laissées à l’abandon
Issue #032 Un parc culturel qui réhabilite les villes laissées à l’abandon
Issue #032 Un parc culturel qui réhabilite les villes laissées à l’abandon
Issue #032 Un parc culturel qui réhabilite les villes laissées à l’abandon
Issue #032 Un parc culturel qui réhabilite les villes laissées à l’abandon
Issue #032 Un parc culturel qui réhabilite les villes laissées à l’abandon
Issue #032 Un parc culturel qui réhabilite les villes laissées à l’abandon
Issue #032 Un parc culturel qui réhabilite les villes laissées à l’abandon
Issue #032 Un parc culturel qui réhabilite les villes laissées à l’abandon
Issue #032 Un parc culturel qui réhabilite les villes laissées à l’abandon
Issue #032 Un parc culturel qui réhabilite les villes laissées à l’abandon
Issue #032 Un parc culturel qui réhabilite les villes laissées à l’abandon
Issue #032 Un parc culturel qui réhabilite les villes laissées à l’abandon
Issue #032 Un parc culturel qui réhabilite les villes laissées à l’abandon
Issue #032 Un parc culturel qui réhabilite les villes laissées à l’abandon
Issue #032 Un parc culturel qui réhabilite les villes laissées à l’abandon
Issue #032 Un parc culturel qui réhabilite les villes laissées à l’abandon
Issue #032 Un parc culturel qui réhabilite les villes laissées à l’abandon
Issue #032 Un parc culturel qui réhabilite les villes laissées à l’abandon
Issue #032 Un parc culturel qui réhabilite les villes laissées à l’abandon
Issue #032 Un parc culturel qui réhabilite les villes laissées à l’abandon
Issue #032 Un parc culturel qui réhabilite les villes laissées à l’abandon
Issue #032 Un parc culturel qui réhabilite les villes laissées à l’abandon
Issue #032 Un parc culturel qui réhabilite les villes laissées à l’abandon
Issue #032 Un parc culturel qui réhabilite les villes laissées à l’abandon
Issue #032 Un parc culturel qui réhabilite les villes laissées à l’abandon
Issue #032 Un parc culturel qui réhabilite les villes laissées à l’abandon
Issue #032 Un parc culturel qui réhabilite les villes laissées à l’abandon
Issue #032 Un parc culturel qui réhabilite les villes laissées à l’abandon
Issue #032 Un parc culturel qui réhabilite les villes laissées à l’abandon
Issue #032 Un parc culturel qui réhabilite les villes laissées à l’abandon
Issue #032 Un parc culturel qui réhabilite les villes laissées à l’abandon
Issue #032 Un parc culturel qui réhabilite les villes laissées à l’abandon
Issue #032 Un parc culturel qui réhabilite les villes laissées à l’abandon
Issue #032 Un parc culturel qui réhabilite les villes laissées à l’abandon
Issue #032 Un parc culturel qui réhabilite les villes laissées à l’abandon
Issue #032 Un parc culturel qui réhabilite les villes laissées à l’abandon
Issue #032 Un parc culturel qui réhabilite les villes laissées à l’abandon
Issue #032 Un parc culturel qui réhabilite les villes laissées à l’abandon
Issue #032 Un parc culturel qui réhabilite les villes laissées à l’abandon
Issue #032 Un parc culturel qui réhabilite les villes laissées à l’abandon
Issue #032 Un parc culturel qui réhabilite les villes laissées à l’abandon
Issue #032 Un parc culturel qui réhabilite les villes laissées à l’abandon
Issue #032 Un parc culturel qui réhabilite les villes laissées à l’abandon
Issue #032 Un parc culturel qui réhabilite les villes laissées à l’abandon
Issue #032 Un parc culturel qui réhabilite les villes laissées à l’abandon
Issue #032 Un parc culturel qui réhabilite les villes laissées à l’abandon
Issue #032 Un parc culturel qui réhabilite les villes laissées à l’abandon
Issue #032 Un parc culturel qui réhabilite les villes laissées à l’abandon

Images of the space and art installations inside Palazzo Miccichè

Nadia Castronovo, Santo Eduardo Di Miceli

Un parc culturel qui réhabilite les villes laissées à l’abandon

Au cœur de la ville sicilienne historique de Favara, non loin d’Agrigente, se niche un palais du XIXe siècle délabré qui abrite une forêt. Du lierre grimpe le long de ses vieux murs gris, créant un rideau de feuilles gigantesques qui se déclinent dans différentes teintes de vert. Des escaliers bordés d’arbustes desservent plusieurs étages, révélant un dédale de pièces aux spectaculaires plafonds voûtés ouvrant sur des balcons baignés de soleil. Dans certaines pièces, on peut assister à des projections sur la nature et la vie sauvage ; dans d’autres, on est bercé par de la musique zen. Des rangées de lianes font office de papier peint et les troncs ligneux des châtaigniers de Guyane donnent l’illusion d’abat-jour naturels. La dernière volée de marches nous mène à un toit-terrasse décoré d’œuvres d’art offrant un point de vue sur les toits de la ville de Favara, sur sa cathédrale aux tuiles en terre cuite et sur les collines arides environnantes. Voici le Palazzo Miccichè, le tout dernier projet signé Farm Cultural Park, un organisme d’art ambitieux qui a réhabilité une ville laissée à l’abandon. 

Tout débute en 2010, lorsqu’un couple sicilien, le notaire Andrea Bartoli et l’avocate Florinda Saieva, a l’idée de réhabiliter Favara, petite ville minée par le chômage et la pauvreté. Ensemble, ils achètent plusieurs bâtiments vides et sept cours d’immeuble dans le centre-ville à moitié abandonné pour les transformer en complexe d’art à ciel ouvert : les murs font office de toiles et l’espace extérieur est utilisé pour des installations et des sculptures d’artistes locaux et internationaux. À l’intérieur, des expositions tournantes se penchent sur des questions politiques et sociales, tandis qu’un café offre boissons et collations siciliennes. Au fil des années, ce parc culturel a attiré non seulement des touristes, mais aussi des locaux qui viennent s’y retrouver pour échanger. 

Il a par ailleurs permis de créer des emplois dont la ville avait bien besoin. Des ateliers gratuits destinés aux jeunes résidents sont également disponibles, portant sur l’architecture, le leadership féminin ou encore la politique. 

Bartoli et Saieva ont ensuite restauré le Palazzo Miccichè, alors à l’abandon, pour créer un espace d’exposition permanente qui explore la relation entre la nature et l’humanité. 

Leur ambition est de remplir le bâtiment de 1 000 arbres pour créer une enclave verte destinée tout autant aux locaux qu’aux visiteurs. L’exposition, intitulée « Human Forest » (Forêt humaine) a ouvert ses portes en 2020, au moment où la pandémie s’installait, ce qui explique pourquoi elle est restée quasi secrète. « Favara manque d’espaces verts, alors il était important pour nous de créer un lieu où le public puisse être en contact avec les plantes et bâtir des relations mutuelles, explique Saieva. C’est une forêt, une jungle, un espace séculier sacré. »

En début d’année, le couple a ouvert son premier projet en dehors de Favara : le Palazzo Tortorici dans la ville baroque de Mazzarino. Cette entreprise vise encore une fois à s’attaquer à la dépopulation des petites villes siciliennes. Parmi les points forts du projet, on compte une cour et un jardin intérieurs inspirés des riads, un havre de tranquillité agrémenté d’une piscine et d’un carrelage à chevrons. 

Le bâtiment, connu sous le nom de « The Embassy » (L’Ambassade), regorge une fois de plus d’art contemporain, de musique et de design, mais offre aussi un cinéma, des activités créatives, diverses manifestations ainsi qu’une bibliothèque proposant magazines et journaux aux jeunes de la ville. Cela dit, le « Farm Cultural Park est plus qu’un centre culturel, explique Saieva. C’est une communauté, ce qui explique pourquoi on l’appelle souvent “Le musée du peuple” ». 

Ella Alexander est rédactrice spécialisée dans le numérique pour Harper’s Bazaar UK. Elle a contribué aux revues Glamour UK, Italy Segreta et Mr And Mrs Smith 

← Back

Thank you for subscribing. Please check your email for confirmation!
Invitation sent successfully!

Please check your email for a reset password link!

Subscribe