Service95 Logo
Issue #007 La nécessité de la Joie noire
Issue #007 La nécessité de la Joie noire
Issue #007 La nécessité de la Joie noire
Issue #007 La nécessité de la Joie noire
Issue #007 La nécessité de la Joie noire
Issue #007 La nécessité de la Joie noire
Issue #007 La nécessité de la Joie noire
Issue #007 La nécessité de la Joie noire
Issue #007 La nécessité de la Joie noire
Issue #007 La nécessité de la Joie noire
Issue #007 La nécessité de la Joie noire
Issue #007 La nécessité de la Joie noire
Issue #007 La nécessité de la Joie noire
Issue #007 La nécessité de la Joie noire
Issue #007 La nécessité de la Joie noire
Issue #007 La nécessité de la Joie noire
Issue #007 La nécessité de la Joie noire
Issue #007 La nécessité de la Joie noire
Issue #007 La nécessité de la Joie noire
Issue #007 La nécessité de la Joie noire
Issue #007 La nécessité de la Joie noire
Issue #007 La nécessité de la Joie noire
Issue #007 La nécessité de la Joie noire
Issue #007 La nécessité de la Joie noire
Issue #007 La nécessité de la Joie noire
Issue #007 La nécessité de la Joie noire
Issue #007 La nécessité de la Joie noire
Issue #007 La nécessité de la Joie noire
Issue #007 La nécessité de la Joie noire
Issue #007 La nécessité de la Joie noire
Issue #007 La nécessité de la Joie noire
Issue #007 La nécessité de la Joie noire
Issue #007 La nécessité de la Joie noire
Issue #007 La nécessité de la Joie noire
Issue #007 La nécessité de la Joie noire
Issue #007 La nécessité de la Joie noire
Issue #007 La nécessité de la Joie noire
Issue #007 La nécessité de la Joie noire
Issue #007 La nécessité de la Joie noire
Issue #007 La nécessité de la Joie noire
Issue #007 La nécessité de la Joie noire
Issue #007 La nécessité de la Joie noire
Issue #007 La nécessité de la Joie noire
Issue #007 La nécessité de la Joie noire
Issue #007 La nécessité de la Joie noire
Issue #007 La nécessité de la Joie noire
Issue #007 La nécessité de la Joie noire
Issue #007 La nécessité de la Joie noire
Issue #007 La nécessité de la Joie noire
Issue #007 La nécessité de la Joie noire
Black model smiling wearing orange tulle dress Nadine Ijewere

La nécessité de la Joie noire

Qu’entend-on par Joie noire ? Il s’agit d’une question plus difficile qu’il n’y paraît, car à ce moment précis de l’histoire, c’est un concept philosophique, un cadre toujours en cours de définition, dont les conditions et les conséquences sont encore en construction. Dans mon ouvrage, Black Joy, une anthologie explorant ce que signifie être noir.e et britannique, j’écris que, pour moi, la Joie noire « est le rire contagieux de ma mère et de ma tante. C’est mon père m’appelant à être fière de mon héritage. C’est la sensation de légèreté en me rendant pour la première fois à une Candy Dance. C’est descendre de l’avion en Jamaïque. C’est mon cœur qui s’emballe quand un slogan résonne en moi pendant une manifestation. Ce sont les séances de tressage qui transforment mes cheveux afros en box braids. C’est un regard de reconnaissance. C’est à la fois partagé et individuel, c’est tout cela et bien plus encore. » Mais ayant grandi avec le concept de Joie noire, je me suis mise à l’analyser presque exclusivement au regard des expériences collectives de la diaspora. Les choses qui nous rassemblent — les fêtes, la musique, la danse, la nourriture — et celles qui nous lient au sens figuré, ce que nous comprenons sur les autres, car nous avons vécu des expériences semblables, propres aux gens de notre race. Audre Lorde a écrit que : « Partager la joie, qu’elle soit physique, émotionnelle, psychique ou intellectuelle, crée une passerelle entre les gens, qui peut servir de socle pour mieux comprendre ce qu’ils n’ont pas en commun. » Ceci signifie que la Joie noire transcende les distances et crée des liens immuables. Elle pousse à l’empathie tout en permettant également de résister à un monde qui a si souvent rendu la vie difficile pour les Noirs, du fait des systèmes opérant contre eux. La Joie noire nous aide à survivre et prospérer. Elle permet d’envisager nos identités sous une nouvelle perspective, notamment sous l’angle de ce qui nous rend heureux. Souvent, on s’attend à ce que nous appréhendions notre identité noire par rapport aux traumatismes qui y sont associés. La Joie noire, c’est résister à tout cela. Née à la Jamaïque, Charlie Brinkhurst-Cuff est une journaliste basée à Londres qui travaille pour le New York Times. Elle a également édité Black Joy, publié par Penguin
← Back

Thank you for subscribing. Please check your email for confirmation!
Invitation sent successfully!

Please check your email for a reset password link!

Subscribe