Service95 Logo
Issue #067 Pourquoi il faut parler de ses sous-vêtements
Issue #067 Pourquoi il faut parler de ses sous-vêtements
Issue #067 Pourquoi il faut parler de ses sous-vêtements
Issue #067 Pourquoi il faut parler de ses sous-vêtements
Issue #067 Pourquoi il faut parler de ses sous-vêtements
Issue #067 Pourquoi il faut parler de ses sous-vêtements
Issue #067 Pourquoi il faut parler de ses sous-vêtements
Issue #067 Pourquoi il faut parler de ses sous-vêtements
Issue #067 Pourquoi il faut parler de ses sous-vêtements
Issue #067 Pourquoi il faut parler de ses sous-vêtements
Issue #067 Pourquoi il faut parler de ses sous-vêtements
Issue #067 Pourquoi il faut parler de ses sous-vêtements
Issue #067 Pourquoi il faut parler de ses sous-vêtements
Issue #067 Pourquoi il faut parler de ses sous-vêtements
Issue #067 Pourquoi il faut parler de ses sous-vêtements
Issue #067 Pourquoi il faut parler de ses sous-vêtements
Issue #067 Pourquoi il faut parler de ses sous-vêtements
Issue #067 Pourquoi il faut parler de ses sous-vêtements
Issue #067 Pourquoi il faut parler de ses sous-vêtements
Issue #067 Pourquoi il faut parler de ses sous-vêtements
Issue #067 Pourquoi il faut parler de ses sous-vêtements
Issue #067 Pourquoi il faut parler de ses sous-vêtements
Issue #067 Pourquoi il faut parler de ses sous-vêtements
Issue #067 Pourquoi il faut parler de ses sous-vêtements
Issue #067 Pourquoi il faut parler de ses sous-vêtements
Issue #067 Pourquoi il faut parler de ses sous-vêtements
Issue #067 Pourquoi il faut parler de ses sous-vêtements
Issue #067 Pourquoi il faut parler de ses sous-vêtements
Issue #067 Pourquoi il faut parler de ses sous-vêtements
Issue #067 Pourquoi il faut parler de ses sous-vêtements
Issue #067 Pourquoi il faut parler de ses sous-vêtements
Issue #067 Pourquoi il faut parler de ses sous-vêtements
Issue #067 Pourquoi il faut parler de ses sous-vêtements
Issue #067 Pourquoi il faut parler de ses sous-vêtements
Issue #067 Pourquoi il faut parler de ses sous-vêtements
Issue #067 Pourquoi il faut parler de ses sous-vêtements
Issue #067 Pourquoi il faut parler de ses sous-vêtements
Issue #067 Pourquoi il faut parler de ses sous-vêtements
Issue #067 Pourquoi il faut parler de ses sous-vêtements
Issue #067 Pourquoi il faut parler de ses sous-vêtements
Issue #067 Pourquoi il faut parler de ses sous-vêtements
Issue #067 Pourquoi il faut parler de ses sous-vêtements
Issue #067 Pourquoi il faut parler de ses sous-vêtements
Issue #067 Pourquoi il faut parler de ses sous-vêtements
Issue #067 Pourquoi il faut parler de ses sous-vêtements
Issue #067 Pourquoi il faut parler de ses sous-vêtements
Issue #067 Pourquoi il faut parler de ses sous-vêtements
Issue #067 Pourquoi il faut parler de ses sous-vêtements
Issue #067 Pourquoi il faut parler de ses sous-vêtements
Issue #067 Pourquoi il faut parler de ses sous-vêtements

All products featured are independently chosen by the Service95 team. When you purchase something through our shopping links, we may earn an affiliate commission.

Image of model lying on a bed wearing underwear Sebastian Mader/Trunk Archive

Pourquoi il faut parler de ses sous-vêtements

On y passe plus de temps que dans tout autre vêtement. Ils se portent au plus près du corps. Ils accompagnent même nos moments les plus intimes, de joie comme de tristesse. Ils sont fonctionnels, ils sont intimes, ils sont sexuels ; ils reflètent la culture du moment. Mais ils sont aussi politiques ! Je parle bien entendu des sous-vêtements, l’une des pièces les plus importantes de notre garde-robe. Et pourtant, nous avons tendance à ressentir un certain embarras à leur égard, voire à les dédaigner. Pourquoi donc ? 

Hello Girls Podcast artwork
Hello Girls Podcast

Cette question me préoccupait depuis quelque temps lorsque j’ai lancé, avec mon amie et consœur journaliste Emily Cronin, Hello Girls, un podcast dédié aux sous-vêtements féminins. Nous avons décidé que ce sujet valait la peine d’être abordé de façon, eh oui, intime. Et au vu des réactions qu’il a suscitées depuis son lancement en mars de cette année, il est clair que nous ne sommes pas seules à partager cet avis.

Underwear: Hello Boys Wonderbra advertisement
Wonderbra, Alamy

Le titre de notre podcast renvoie à la fameuse campagne de Wonderbra intitulée « Hello Boys », mettant en vedette Eva Herzigová et sa généreuse poitrine, qui avait causé un certain émoi lors de sa sortie en 1994. 30 ans plus tard, désormais conscientes du concept de patriarcat et des dommages qu’il provoque, nous reconnaissons que nous devons nous concentrer sur le regard des femmes en matière de sous-vêtements. 

Nous sommes d’avis que les sous-vêtements sont la base de beaucoup de choses, et pas seulement d’une bonne conversation. Et les sujets à aborder ne manquent pas. Notre idée de ce qui est acceptable ou non, de ce qui est sexy ou confortable, a beaucoup évolué. Rien de nouveau sous le soleil. Les sous-vêtements s’adaptent constamment pour refléter la société. Ils nous permettent de suivre le statut des femmes au fil du temps. 

Images of fashion from Dior's New Look, Bridget Jones' Diary, Desperately Seeking Susan and Madonna's album artwork
Dior, Vogue 1953, © Horst P Horst/Condé Nast; Madonna, Like A Virgin; Desperately Seeking Susan, Alamy; Bridget Jones’ Diary, Alamy

Dans les années 20, le passage du corset au soutien-gorge reflétait les demandes d’égalité et de droit de vote formulées par les femmes. Dans les années 50, les silhouettes ultraféminines du New Look de Christian Dior peuvent être interprétées comme un désir de revenir à des structures familiales traditionnelles, après le traumatisme de la Seconde Guerre mondiale. Même si les femmes n’ont pas brûlé leur soutien-gorge avant la fin des années 60, les formes naturelles et discrètes des soutiens-gorge de cette époque rejetaient les précédents concepts de féminité traditionnelle, faisant écho à la révolution sexuelle et à l’avènement de la pilule. Et quid de l’outrage causé par Madonna lorsque, en tenue très légère, soutien-gorge bien en vue, elle chantait Like A Virgin pendant les très conservatrices années 80 ? 

Au début des années 2000, nous avons ri de la culotte de Bridget Jones. Comment expliquer cette réaction ? Le slip grand-mère serait-il le signe qu’une femme n’est plus dans la fleur de l’âge ? La culotte haute de Bridget n’était-elle pas un moyen de se conformer à des attentes physiques impossibles imposées aux femmes par la société ? Peut-être. Reconnaissons que c’était drôle et que les sous-vêtements ont tendance à nous faire sourire. Mais au-delà du rire se cache une réalité plus complexe et nuancée.

Aujourd’hui, nous semblons plus ouvertes à ces nuances lorsque les marques répondent à nos diverses attentes. Et pourtant, nous ne vivons pas dans un monde féministe. Certes, nous désapprouvons la publicité « Hello Boys » ou nous éprouvons une certaine pitié envers celles et ceux qui l’ont jugée émancipée à l’époque ; et voilà qu’aujourd’hui, en 2023, nous sommes toujours aux prises avec le système patriarcal, tout en adoptant la naked dress et le string apparent. Avons-nous vraiment progressé ? Je ne veux pas prendre position, mais tout simplement pointer du doigt le fait qu’en matière de sous-vêtements, il y a beaucoup à dire.
Hello Girls est disponible sur SpotifyApple et toute autre plateforme que vous utilisez pour télécharger vos podcasts

Kate Finnigan est une écrivaine basée à Londres qui contribue au Financial Times, à The Gentlewoman, The Observer et Vogue

Read More

SUBSCRIBE TO SERVICE95 NEWSLETTERS

Subscribe