Service95 Logo
Issue #040 Ma façon de travailler... Joy Labinjo
Issue #040 Ma façon de travailler... Joy Labinjo
Issue #040 Ma façon de travailler... Joy Labinjo
Issue #040 Ma façon de travailler... Joy Labinjo
Issue #040 Ma façon de travailler... Joy Labinjo
Issue #040 Ma façon de travailler... Joy Labinjo
Issue #040 Ma façon de travailler... Joy Labinjo
Issue #040 Ma façon de travailler... Joy Labinjo
Issue #040 Ma façon de travailler... Joy Labinjo
Issue #040 Ma façon de travailler... Joy Labinjo
Issue #040 Ma façon de travailler... Joy Labinjo
Issue #040 Ma façon de travailler... Joy Labinjo
Issue #040 Ma façon de travailler... Joy Labinjo
Issue #040 Ma façon de travailler... Joy Labinjo
Issue #040 Ma façon de travailler... Joy Labinjo
Issue #040 Ma façon de travailler... Joy Labinjo
Issue #040 Ma façon de travailler... Joy Labinjo
Issue #040 Ma façon de travailler... Joy Labinjo
Issue #040 Ma façon de travailler... Joy Labinjo
Issue #040 Ma façon de travailler... Joy Labinjo
Issue #040 Ma façon de travailler... Joy Labinjo
Issue #040 Ma façon de travailler... Joy Labinjo
Issue #040 Ma façon de travailler... Joy Labinjo
Issue #040 Ma façon de travailler... Joy Labinjo
Issue #040 Ma façon de travailler... Joy Labinjo
Issue #040 Ma façon de travailler... Joy Labinjo
Issue #040 Ma façon de travailler... Joy Labinjo
Issue #040 Ma façon de travailler... Joy Labinjo
Issue #040 Ma façon de travailler... Joy Labinjo
Issue #040 Ma façon de travailler... Joy Labinjo
Issue #040 Ma façon de travailler... Joy Labinjo
Issue #040 Ma façon de travailler... Joy Labinjo
Issue #040 Ma façon de travailler... Joy Labinjo
Issue #040 Ma façon de travailler... Joy Labinjo
Issue #040 Ma façon de travailler... Joy Labinjo
Issue #040 Ma façon de travailler... Joy Labinjo
Issue #040 Ma façon de travailler... Joy Labinjo
Issue #040 Ma façon de travailler... Joy Labinjo
Issue #040 Ma façon de travailler... Joy Labinjo
Issue #040 Ma façon de travailler... Joy Labinjo
Issue #040 Ma façon de travailler... Joy Labinjo
Issue #040 Ma façon de travailler... Joy Labinjo
Issue #040 Ma façon de travailler... Joy Labinjo
Issue #040 Ma façon de travailler... Joy Labinjo
Issue #040 Ma façon de travailler... Joy Labinjo
Issue #040 Ma façon de travailler... Joy Labinjo
Issue #040 Ma façon de travailler... Joy Labinjo
Issue #040 Ma façon de travailler... Joy Labinjo
Issue #040 Ma façon de travailler... Joy Labinjo
Issue #040 Ma façon de travailler... Joy Labinjo
A self-portrait and image of Joy Labinjo Courtesy of Joy Labinjo, Tiwani Contemporary; Deniz Guzel; Lucy Jones

Ma façon de travailler... Joy Labinjo

À la veille de son exposition qui se tiendra ce week-end (du 4 au 6 novembre) à ART X Lagos, l’artiste acclamée par la critique s’ouvre à la journaliste Marie-Claire Chappet sur tout ce qui touche à sa vie professionnelle, de la musique qu’elle passe dans son studio à ses inspirations quotidiennes. 

À l’âge de 28 ans, l’artiste Joy Labinjo, née à Londres et d’origine nigériane, est l’une des étoiles montantes de la scène artistique britannique. Souvent de grande envergure, ses peintures aux influences abstraites et ses couleurs vives regorgent d’histoires, puisant fréquemment leur inspiration dans des photographies de famille et mettant en avant des questions d’identité, de pouvoir, de communauté, mais aussi ce que signifie être noir. Elle a participé à de nombreuses expositions, de Tiwani Contemporary à Londres à ART X Lagos. Depuis novembre 2021, sa toute première œuvre d’art publique de grande dimension 5 More Minutes, qui représente un salon de coiffure afro-antillais, est exposée à la station de métro londonienne de Brixton.

Elle s’ouvre à Service95 sur sa journée de travail type…

Son quotidien… Je me réveille toujours à 5 h 45 et je vais à la gym. Cela peut sembler tôt, mais j’en ai besoin, car j’ai tendance à beaucoup traînasser ! Je prends un café au lit, je passe une heure à la gym, puis je prends mon petit-déjeuner tranquillement. Je n’arrive pas à mon studio du nord de Londres avant 8 h. Quand mes journées sont chargées, je quitte mon studio à 20 h, mais mon travail fluctue beaucoup. Quand j’étais à l’université, l’artiste Dexter Dalwood est intervenu dans l’un de nos cours et nous a donné le conseil suivant : « il y a des moments où vous devez laisser libre cours à votre créativité. » Je n’ai jamais oublié. C’est le matin et le soir que je suis la plus productive, mais si je suis prise d’inspiration, je travaille jusqu’à tard pour exploiter pleinement cette créativité.

Gilmore Guys podcast artwork; characters from Gilmore Girls; Sudan Archives' Athena album cover; Sault's Little Boy album cover; Portico Quartet's Prickly Pear album cover and Narciso Rodriguez's For Her

Ce qu’elle écoute… Je travaille toujours avec un fond musical. Je mets en boucle Confessions de Sudan Archives, Prickly Pear de Portico Quartet et Wildfires et Little Boy de Sault. C’est presque méditatif. C’est une habitude de ces dernières années. Je ne sais pas vraiment pourquoi... C’est juste une sensation. J’écoute aussi parfois des podcasts. Mon préféré est Gilmore Guys, un podcast hilarant sur la série Gilmore Girls. J’adore. Mais quand j’écoute ça, je suis beaucoup moins productive !

Où elle trouve son inspiration… Je pense que les créatifs sont comme des éponges qui s’inspirent de tas de choses. J’ai déniché des titres de peintures dans la section commentaires d’Instagram. J’ai résolu un problème lié à l’une de mes œuvres en voyant un clown dans un épisode de Gilmore Girls... Je trouve de l’inspiration dans des endroits peu orthodoxes.

La mode et la beauté… Au quotidien, dans mon studio, je porte un T-shirt ample et un treillis pour homme. J’aime cette tenue parce que j’ai plein de poches où ranger mes pinceaux et, comme j’aime essuyer la peinture sur mes jambes, elle ne traverse pas ce genre de pantalon. Quand je ne peins pas, j’aime les vêtements bien coupés. J’adore Cos, &Other Stories et Ganni. Chaque fois que je change de look, j’ai l’impression d’être quelqu’un d’autre. Mais je reste fidèle à mon parfum de prédilection : For Her de Narciso Rodriguez.

Mauritius; Petit Palais, Paris; Centre Pompidou, Paris

Les voyages… Je me suis fait la promesse de voyager davantage. En 2020, j’ai eu la chance de me trouver à Athènes pendant six semaines pour le travail. J’ai reçu la visite d’amis avec qui je suis allée découvrir les îles. Je peignais toute la journée et on dînait ensemble jusqu’à tard le soir. Cela m’a fait prendre conscience à quel point j’aime ce style de vie. Nous avons passé des moments magiques. Mes prochains voyages me mèneront à l’île Maurice, j’ai hâte ! Je vais ensuite me rendre à Paris où je ne suis pas retournée depuis mon adolescence. Je me réjouis d’aller visiter toutes les galeries.

A Guilty Conscious Need No Accuser, 2022, Joy Labinjo, Tiwani Contemporary; A Fashionable Marriage, 1986, Lubaina Himid
A Guilty Conscious Need No Accuser, 2022, Joy Labinjo, Tiwani Contemporary; A Fashionable Marriage, 1986, Lubaina Himid

Ses confrères et consœurs artistes… J’admire tous les artistes qui ont une longue carrière derrière eux, comme Alice Neel, Lubaina Himid et Claudette Johnson. Continuer à travailler pendant plus de 40 ans et avoir encore quelque chose à dire... Chapeau ! Mes possessions les plus chères sont deux originaux de Claudette Johnson. Je ne les ai jamais accrochés au mur, mais je viens d’acheter une maison alors j’ai hâte de le faire.

The Modern House

Sa fascination pour les maisons… J’adore @themodernhouse sur Instagram et j’ai toujours été obnubilée par les maisons. Si je n’étais pas artiste, je voudrais être agent immobilier. Je pourrais visiter des maisons tous les jours ! 

Marie-Claire Chappet est une journaliste basée à Londres qui se consacre à l’art et à la culture. Elle est collaboratrice de rédaction pour le Harper’s Bazaar

← Back

Thank you for subscribing. Please check your email for confirmation!
Invitation sent successfully!

Please check your email for a reset password link!

Subscribe