Service95 Logo
Issue #045 « La vie nocturne est en pleine mutation » : comment la pandémie a changé la façon de faire la fête
Issue #045 « La vie nocturne est en pleine mutation » : comment la pandémie a changé la façon de faire la fête
Issue #045 « La vie nocturne est en pleine mutation » : comment la pandémie a changé la façon de faire la fête
Issue #045 « La vie nocturne est en pleine mutation » : comment la pandémie a changé la façon de faire la fête
Issue #045 « La vie nocturne est en pleine mutation » : comment la pandémie a changé la façon de faire la fête
Issue #045 « La vie nocturne est en pleine mutation » : comment la pandémie a changé la façon de faire la fête
Issue #045 « La vie nocturne est en pleine mutation » : comment la pandémie a changé la façon de faire la fête
Issue #045 « La vie nocturne est en pleine mutation » : comment la pandémie a changé la façon de faire la fête
Issue #045 « La vie nocturne est en pleine mutation » : comment la pandémie a changé la façon de faire la fête
Issue #045 « La vie nocturne est en pleine mutation » : comment la pandémie a changé la façon de faire la fête
Issue #045 « La vie nocturne est en pleine mutation » : comment la pandémie a changé la façon de faire la fête
Issue #045 « La vie nocturne est en pleine mutation » : comment la pandémie a changé la façon de faire la fête
Issue #045 « La vie nocturne est en pleine mutation » : comment la pandémie a changé la façon de faire la fête
Issue #045 « La vie nocturne est en pleine mutation » : comment la pandémie a changé la façon de faire la fête
Issue #045 « La vie nocturne est en pleine mutation » : comment la pandémie a changé la façon de faire la fête
Issue #045 « La vie nocturne est en pleine mutation » : comment la pandémie a changé la façon de faire la fête
Issue #045 « La vie nocturne est en pleine mutation » : comment la pandémie a changé la façon de faire la fête
Issue #045 « La vie nocturne est en pleine mutation » : comment la pandémie a changé la façon de faire la fête
Issue #045 « La vie nocturne est en pleine mutation » : comment la pandémie a changé la façon de faire la fête
Issue #045 « La vie nocturne est en pleine mutation » : comment la pandémie a changé la façon de faire la fête
Issue #045 « La vie nocturne est en pleine mutation » : comment la pandémie a changé la façon de faire la fête
Issue #045 « La vie nocturne est en pleine mutation » : comment la pandémie a changé la façon de faire la fête
Issue #045 « La vie nocturne est en pleine mutation » : comment la pandémie a changé la façon de faire la fête
Issue #045 « La vie nocturne est en pleine mutation » : comment la pandémie a changé la façon de faire la fête
Issue #045 « La vie nocturne est en pleine mutation » : comment la pandémie a changé la façon de faire la fête
Issue #045 « La vie nocturne est en pleine mutation » : comment la pandémie a changé la façon de faire la fête
Issue #045 « La vie nocturne est en pleine mutation » : comment la pandémie a changé la façon de faire la fête
Issue #045 « La vie nocturne est en pleine mutation » : comment la pandémie a changé la façon de faire la fête
Issue #045 « La vie nocturne est en pleine mutation » : comment la pandémie a changé la façon de faire la fête
Issue #045 « La vie nocturne est en pleine mutation » : comment la pandémie a changé la façon de faire la fête
Issue #045 « La vie nocturne est en pleine mutation » : comment la pandémie a changé la façon de faire la fête
Issue #045 « La vie nocturne est en pleine mutation » : comment la pandémie a changé la façon de faire la fête
Issue #045 « La vie nocturne est en pleine mutation » : comment la pandémie a changé la façon de faire la fête
Issue #045 « La vie nocturne est en pleine mutation » : comment la pandémie a changé la façon de faire la fête
Issue #045 « La vie nocturne est en pleine mutation » : comment la pandémie a changé la façon de faire la fête
Issue #045 « La vie nocturne est en pleine mutation » : comment la pandémie a changé la façon de faire la fête
Issue #045 « La vie nocturne est en pleine mutation » : comment la pandémie a changé la façon de faire la fête
Issue #045 « La vie nocturne est en pleine mutation » : comment la pandémie a changé la façon de faire la fête
Issue #045 « La vie nocturne est en pleine mutation » : comment la pandémie a changé la façon de faire la fête
Issue #045 « La vie nocturne est en pleine mutation » : comment la pandémie a changé la façon de faire la fête
Issue #045 « La vie nocturne est en pleine mutation » : comment la pandémie a changé la façon de faire la fête
Issue #045 « La vie nocturne est en pleine mutation » : comment la pandémie a changé la façon de faire la fête
Issue #045 « La vie nocturne est en pleine mutation » : comment la pandémie a changé la façon de faire la fête
Issue #045 « La vie nocturne est en pleine mutation » : comment la pandémie a changé la façon de faire la fête
Issue #045 « La vie nocturne est en pleine mutation » : comment la pandémie a changé la façon de faire la fête
Issue #045 « La vie nocturne est en pleine mutation » : comment la pandémie a changé la façon de faire la fête
Issue #045 « La vie nocturne est en pleine mutation » : comment la pandémie a changé la façon de faire la fête
Issue #045 « La vie nocturne est en pleine mutation » : comment la pandémie a changé la façon de faire la fête
Issue #045 « La vie nocturne est en pleine mutation » : comment la pandémie a changé la façon de faire la fête
Issue #045 « La vie nocturne est en pleine mutation » : comment la pandémie a changé la façon de faire la fête

All products featured are independently chosen by the Service95 team. When you purchase something through our shopping links, we may earn an affiliate commission.

Images of nightclubs and parties around the world Queer House Party; 20ft Radio; Tube VR; Berghain, Simon Tartarotti; Filter; We House Sundays

« La vie nocturne est en pleine mutation » : comment la pandémie a changé la façon de faire la fête

Nous sommes fin 2019, autour de 1 h 30 du matin et je me trouve au Dalston Superstore, le bar de prédilection des queers de l’est de Londres. Tout autour de moi, dans la chaleur d’un sous-sol obscur aux miroirs embués, des gens s’embrassent ou des corps moites se serrent les uns contre les autres, des cœurs battent au rythme de la techno. Je ne le savais pas alors, mais je ne mettrais plus les pieds dans une boîte de nuit avant au moins deux ans. En effet, quelques mois plus tard, la pandémie allait frapper et avec elle, de nombreux confinements. Dans le monde entier, les boîtes de nuit allaient fermer leurs portes. Et si, timidement, elles ont fini par rouvrir, rien ne fut plus comme avant. 

Bien que le confinement puisse sembler un lointain souvenir, ses répercussions sur la vie nocturne se font encore sentir partout dans le monde. Au Royaume-Uni, on prévoit qu’une boîte sur trois fermera d’ici la fin 2022. Et à Berlin, la rumeur circule que le Berghain, le club le plus mythique au monde, va fermer pour de bon. Cette tendance se dessine un peu partout. Même aux États-Unis, un grand nombre de boîtes iconiques du pays ont mis la clé sous la porte : le club gay Rage de Los Angeles, le China Chalet de New York et The Pyramid Club, boîte drag dans l’East Village de Manhattan, pour n’en citer que quelques-uns. L’âge d’or de la boîte de nuit est bel et bien révolu. 

Mais le concept de fête a évolué de manière assez inattendue. Très prisées pendant les nombreux confinements (comme la Queer House Party que nous affectionnons particulièrement à Service95), les soirées nocturnes virtuelles deviennent de plus en plus la norme, une bonne nouvelle pour ceux et celles qui ne peuvent se déplacer en personne. Des collectifs locaux ont trouvé leur créneau dans de nouveaux espaces mis au jour par l’incertitude de l’après-pandémie : clubs de réalité virtuelle à l’instar de TUBE VR, espaces en ligne à l’image de la 20 ft Radio de Kiev (station de radio internet faisant office de club avec des programmations et des sessions DJ) ou encore streams mondiaux sur Twitch (un service de diffusion en streaming principalement utilisé par les gamers), comme la boîte MOGRA de Tokyo. Moins associé à un lieu physique, et plus souple, le concept de fête se fait désormais inventif et caméléon. Les noctambules d’aujourd’hui vivent des temps tout aussi exultants qu’imprévisibles. 

La fermeture de boîtes de nuit partout dans le monde a ouvert la voie à des soirées qui changent constamment d’endroit, comme le club de rave de Melbourne Filter (un collectif que l’on doit contacter pour obtenir le lieu de la rave), Gay Bombay à Mumbai et le collectif de musique électro We House Sundays au Cap. 

Coco Cole, l’une des voix les plus en vue au Royaume-Uni en matière de dance music et de DJing, explique que la fermeture de boîtes a forcé les gens à faire preuve d’imagination et à monter leurs propres soirées. « Des boîtes et des promoteurs bien établis essaient encore de se remettre de la pandémie avec de grandes programmations sans risque, qui leur donne l’assurance de travailler à guichet fermé. Cela laisse très peu de place aux artistes en herbe, déplore-t-elle. Du coup, la période actuelle est propice à l’émergence de soirées, de communautés et de promoteurs différents qui pourront créer une culture et un espace bien à eux. Comme toujours, ce sont les gens qui ont la capacité de faire bouger les choses. »

Il est impossible de prédire ce que sera l’avenir des boîtes de nuit. Mais, quoi qu’il nous réserve, les gens trouveront toujours un moyen de faire la fête, de s’amuser et de danser jusqu’au petit matin, même depuis leur chambre. 

5 boîtes et clubs incontournables dans le monde

  1. Zer021, Le Cap, Afrique du Sud – Un club LGBTQIA+ et un bar drag aux nuits et aux performances déjantées. 
  2. Salon Zur Wilden Renate, Berlin, Allemagne – Situé dans un appartement rénové de Berlin-Est, ce club qui comporte plusieurs salles est un incontournable pour les amateurs de soirées uniques et éclectiques. 
  3. 20ft Radio, Kiev, Ukraine – Connue sous le nom de « Club qui n’existe pas », la 20 ft Radio diffuse depuis un conteneur maritime dans une usine désaffectée de tissage de rubans. 
  4. WOMB, Tokyo, Japon – Avec sa sono incomparable, son éclairage inimitable et ses lasers extrêmes, ce club d’une capacité de 1 000 personnes a ouvert en l’an 2000 et occupe quatre étages. 
  5. D-Edge, São Paulo, Brésil – La musique dance de ce club futuriste, qui n’est pas sans rappeler le film Tron, fait vibrer la ville la plus peuplée du Brésil depuis près de vingt ans. 

Daisy Jones est une écrivaine et rédactrice qui se consacre à la culture. Elle est également autrice de All The Things She Said. Ses écrits ont été publiés, entre autres, dans Vice UK, le Vogue britannique, Dazed et The Guardian

Read More

SUBSCRIBE TO SERVICE95 NEWSLETTERS

Subscribe