Service95 Logo
Issue #005 La filmographie haute en couleur de Pedro Almodóvar retrace les traumatismes du passé espagnol
Issue #005 La filmographie haute en couleur de Pedro Almodóvar retrace les traumatismes du passé espagnol
Issue #005 La filmographie haute en couleur de Pedro Almodóvar retrace les traumatismes du passé espagnol
Issue #005 La filmographie haute en couleur de Pedro Almodóvar retrace les traumatismes du passé espagnol
Issue #005 La filmographie haute en couleur de Pedro Almodóvar retrace les traumatismes du passé espagnol
Issue #005 La filmographie haute en couleur de Pedro Almodóvar retrace les traumatismes du passé espagnol
Issue #005 La filmographie haute en couleur de Pedro Almodóvar retrace les traumatismes du passé espagnol
Issue #005 La filmographie haute en couleur de Pedro Almodóvar retrace les traumatismes du passé espagnol
Issue #005 La filmographie haute en couleur de Pedro Almodóvar retrace les traumatismes du passé espagnol
Issue #005 La filmographie haute en couleur de Pedro Almodóvar retrace les traumatismes du passé espagnol
Issue #005 La filmographie haute en couleur de Pedro Almodóvar retrace les traumatismes du passé espagnol
Issue #005 La filmographie haute en couleur de Pedro Almodóvar retrace les traumatismes du passé espagnol
Issue #005 La filmographie haute en couleur de Pedro Almodóvar retrace les traumatismes du passé espagnol
Issue #005 La filmographie haute en couleur de Pedro Almodóvar retrace les traumatismes du passé espagnol
Issue #005 La filmographie haute en couleur de Pedro Almodóvar retrace les traumatismes du passé espagnol
Issue #005 La filmographie haute en couleur de Pedro Almodóvar retrace les traumatismes du passé espagnol
Issue #005 La filmographie haute en couleur de Pedro Almodóvar retrace les traumatismes du passé espagnol
Issue #005 La filmographie haute en couleur de Pedro Almodóvar retrace les traumatismes du passé espagnol
Issue #005 La filmographie haute en couleur de Pedro Almodóvar retrace les traumatismes du passé espagnol
Issue #005 La filmographie haute en couleur de Pedro Almodóvar retrace les traumatismes du passé espagnol
Issue #005 La filmographie haute en couleur de Pedro Almodóvar retrace les traumatismes du passé espagnol
Issue #005 La filmographie haute en couleur de Pedro Almodóvar retrace les traumatismes du passé espagnol
Issue #005 La filmographie haute en couleur de Pedro Almodóvar retrace les traumatismes du passé espagnol
Issue #005 La filmographie haute en couleur de Pedro Almodóvar retrace les traumatismes du passé espagnol
Issue #005 La filmographie haute en couleur de Pedro Almodóvar retrace les traumatismes du passé espagnol
Issue #005 La filmographie haute en couleur de Pedro Almodóvar retrace les traumatismes du passé espagnol
Issue #005 La filmographie haute en couleur de Pedro Almodóvar retrace les traumatismes du passé espagnol
Issue #005 La filmographie haute en couleur de Pedro Almodóvar retrace les traumatismes du passé espagnol
Issue #005 La filmographie haute en couleur de Pedro Almodóvar retrace les traumatismes du passé espagnol
Issue #005 La filmographie haute en couleur de Pedro Almodóvar retrace les traumatismes du passé espagnol
Issue #005 La filmographie haute en couleur de Pedro Almodóvar retrace les traumatismes du passé espagnol
Issue #005 La filmographie haute en couleur de Pedro Almodóvar retrace les traumatismes du passé espagnol
Issue #005 La filmographie haute en couleur de Pedro Almodóvar retrace les traumatismes du passé espagnol
Issue #005 La filmographie haute en couleur de Pedro Almodóvar retrace les traumatismes du passé espagnol
Issue #005 La filmographie haute en couleur de Pedro Almodóvar retrace les traumatismes du passé espagnol
Issue #005 La filmographie haute en couleur de Pedro Almodóvar retrace les traumatismes du passé espagnol
Issue #005 La filmographie haute en couleur de Pedro Almodóvar retrace les traumatismes du passé espagnol
Issue #005 La filmographie haute en couleur de Pedro Almodóvar retrace les traumatismes du passé espagnol
Issue #005 La filmographie haute en couleur de Pedro Almodóvar retrace les traumatismes du passé espagnol
Issue #005 La filmographie haute en couleur de Pedro Almodóvar retrace les traumatismes du passé espagnol
Issue #005 La filmographie haute en couleur de Pedro Almodóvar retrace les traumatismes du passé espagnol
Issue #005 La filmographie haute en couleur de Pedro Almodóvar retrace les traumatismes du passé espagnol
Issue #005 La filmographie haute en couleur de Pedro Almodóvar retrace les traumatismes du passé espagnol
Issue #005 La filmographie haute en couleur de Pedro Almodóvar retrace les traumatismes du passé espagnol
Issue #005 La filmographie haute en couleur de Pedro Almodóvar retrace les traumatismes du passé espagnol
Issue #005 La filmographie haute en couleur de Pedro Almodóvar retrace les traumatismes du passé espagnol
Issue #005 La filmographie haute en couleur de Pedro Almodóvar retrace les traumatismes du passé espagnol
Issue #005 La filmographie haute en couleur de Pedro Almodóvar retrace les traumatismes du passé espagnol
Issue #005 La filmographie haute en couleur de Pedro Almodóvar retrace les traumatismes du passé espagnol
Issue #005 La filmographie haute en couleur de Pedro Almodóvar retrace les traumatismes du passé espagnol
Illustrated picture of film director Pedro Almodóvar, featuring Carmen Maura, Antonio Banderas, Penelope Cruz and Lola Dueñas Itziar Barrios

La filmographie haute en couleur de Pedro Almodóvar retrace les traumatismes du passé espagnol

Au début de sa carrière dans les années 70, Pedro Almodóvar, aujourd’hui le plus célèbre réalisateur espagnol, incarne parfaitement le virage pris par l’Espagne, passant d’une dictature vieille de 40 ans à une société capitaliste moderne. Le général et dictateur militaire Francisco Franco ayant depuis longtemps fermé les écoles de cinéma du pays, les premiers films comiques et irrévérencieux d’Almodóvar furent perçus, du moins à l’étranger, comme autant de signes que l’Espagne avait tourné la page. Le cinéaste collaborait alors avec des artistes marginaux espagnols dans un milieu créatif et éclectique, connu sous le nom de La Movida, comparable à la Factory d’Andy Warhol. Et pourtant, la frivolité d’Almodóvar a toujours revêtu un côté politique. Ses films se distinguent par leur capacité d’associer visuels audacieux et accrocheurs à des scénarios excentriques, dans un style à la fois divertissant et interpellant. Ayant peiné à financer ses premiers films (il les décrit comme cinq enfants de cinq pères différents), Almodóvar fonde sa propre maison de production El Deseo (« le désir » en espagnol) avec son frère Agustín en 1986. Femmes au bord de la crise de nerfs, film inspiré de la comédie loufoque hollywoodienne, leur vaut leur premier succès international et une nomination aux oscars en 1988. Cette popularité commerciale amène alors certains à prétendre que le réalisateur a trahi ses principes. Mais avec le film Attache-moi ! (1989), dans lequel une femme tombe amoureuse de son ravisseur, le réalisateur apporte la preuve du contraire. D’autres récompenses pleuvent, dont les Oscars du meilleur film en langue étrangère pour Tout sur ma mère (1999) et du meilleur scénario pour Parle avec elle (2002). Si, depuis le milieu des années 90, sa production est dominée par les « Almodramas » (drames contés dans le style d’Almodóvar), son côté comique imprègne tout ce qu’il fait, remettant en cause l’idée d’un cinéaste devenu soudainement plus sérieux. Et cette variété de styles chez Almodóvar, y compris au sein d’un même film, fait qu’en préférer un à un autre est un choix purement personnel. Au début de sa carrière, le réalisateur tenait à ce que ses films ne reconnaissent pas l’existence de Franco. Par conséquent, pendant des décennies, ses longs métrages se déroulaient dans un présent implacablement optimiste. Cette réticence à traiter de la dictature et de la guerre civile a abouti à des films qui en font état indirectement, soit par l’exploration de peines personnelles soit par des allusions à d’autres traumatismes comme celui de l’Argentine sous le général Videla ou de la guerre civile de Bosnie-Herzégovine. Ce n’est qu’en 1997, avec la sortie de En chair et en os, qui se déroule à Madrid en 1970, qu’il commence à raconter la douloureuse histoire de l’Espagne. Son retour en arrière le plus troublant concerne le long métrage La mauvaise éducation (2004), un film noir traitant d’abus sexuels commis sur des enfants dans une école religieuse pendant la dictature et de la dissimulation de tout cet épisode historique par l’Espagne démocratique. En 2018, Almodóvar est chef de production du film Le Silence des autres (réalisé par Robert Bahar et Almudena Carracedo), un documentaire sur les difficultés des victimes de la dictature à demander justice. Madres Parallelas (2021), son plus récent film, traite, sur un fond romancé, de l’effet des traumatismes du passé sur la vie des protagonistes. Si la société de production d’Almodóvar se nomme « desire », terme souvent associé à son cinéma, le thème du « silence » (d’ailleurs le titre provisoire de son film de 2016 Julieta) est tout aussi important. Avec Madres Parallelas, Almodóvar parle enfin sans équivoque du passé douloureux de l’Espagne, un passé qu’il est nécessaire d’examiner pour que, comme les mères de l’histoire (interprétées par Penélope Cruz, nommée aux Oscars pour sa prestation et Milena Smit), le pays puisse finalement tourner la page. Les 5 meilleurs films d’Almodóvar à regarder
  1. La Loi du désir (1987)
  2. Femmes au bord de la crise de nerfs (1988)
  3. Parle avec elle (2002)
  4. La mauvaise éducation (2004)
  5. Douleur et gloire (2020)
Ana María Sánchez-Arce est autrice de The Cinema Of Pedro Almodóvar. Elle écrit sur la littérature et le cinéma contemporains et enseigne à l’université Sheffield Hallam au Royaume-Uni
← Back

Thank you for subscribing. Please check your email for confirmation!
Invitation sent successfully!

Please check your email for a reset password link!

Subscribe