Service95 Logo
Issue #077 « Interdire un livre revient à bannir une idée » – Que cache la récente vague d’interdictions de livres ?
Issue #077 « Interdire un livre revient à bannir une idée » – Que cache la récente vague d’interdictions de livres ?
Issue #077 « Interdire un livre revient à bannir une idée » – Que cache la récente vague d’interdictions de livres ?
Issue #077 « Interdire un livre revient à bannir une idée » – Que cache la récente vague d’interdictions de livres ?
Issue #077 « Interdire un livre revient à bannir une idée » – Que cache la récente vague d’interdictions de livres ?
Issue #077 « Interdire un livre revient à bannir une idée » – Que cache la récente vague d’interdictions de livres ?
Issue #077 « Interdire un livre revient à bannir une idée » – Que cache la récente vague d’interdictions de livres ?
Issue #077 « Interdire un livre revient à bannir une idée » – Que cache la récente vague d’interdictions de livres ?
Issue #077 « Interdire un livre revient à bannir une idée » – Que cache la récente vague d’interdictions de livres ?
Issue #077 « Interdire un livre revient à bannir une idée » – Que cache la récente vague d’interdictions de livres ?
Issue #077 « Interdire un livre revient à bannir une idée » – Que cache la récente vague d’interdictions de livres ?
Issue #077 « Interdire un livre revient à bannir une idée » – Que cache la récente vague d’interdictions de livres ?
Issue #077 « Interdire un livre revient à bannir une idée » – Que cache la récente vague d’interdictions de livres ?
Issue #077 « Interdire un livre revient à bannir une idée » – Que cache la récente vague d’interdictions de livres ?
Issue #077 « Interdire un livre revient à bannir une idée » – Que cache la récente vague d’interdictions de livres ?
Issue #077 « Interdire un livre revient à bannir une idée » – Que cache la récente vague d’interdictions de livres ?
Issue #077 « Interdire un livre revient à bannir une idée » – Que cache la récente vague d’interdictions de livres ?
Issue #077 « Interdire un livre revient à bannir une idée » – Que cache la récente vague d’interdictions de livres ?
Issue #077 « Interdire un livre revient à bannir une idée » – Que cache la récente vague d’interdictions de livres ?
Issue #077 « Interdire un livre revient à bannir une idée » – Que cache la récente vague d’interdictions de livres ?
Issue #077 « Interdire un livre revient à bannir une idée » – Que cache la récente vague d’interdictions de livres ?
Issue #077 « Interdire un livre revient à bannir une idée » – Que cache la récente vague d’interdictions de livres ?
Issue #077 « Interdire un livre revient à bannir une idée » – Que cache la récente vague d’interdictions de livres ?
Issue #077 « Interdire un livre revient à bannir une idée » – Que cache la récente vague d’interdictions de livres ?
Issue #077 « Interdire un livre revient à bannir une idée » – Que cache la récente vague d’interdictions de livres ?
Issue #077 « Interdire un livre revient à bannir une idée » – Que cache la récente vague d’interdictions de livres ?
Issue #077 « Interdire un livre revient à bannir une idée » – Que cache la récente vague d’interdictions de livres ?
Issue #077 « Interdire un livre revient à bannir une idée » – Que cache la récente vague d’interdictions de livres ?
Issue #077 « Interdire un livre revient à bannir une idée » – Que cache la récente vague d’interdictions de livres ?
Issue #077 « Interdire un livre revient à bannir une idée » – Que cache la récente vague d’interdictions de livres ?
Issue #077 « Interdire un livre revient à bannir une idée » – Que cache la récente vague d’interdictions de livres ?
Issue #077 « Interdire un livre revient à bannir une idée » – Que cache la récente vague d’interdictions de livres ?
Issue #077 « Interdire un livre revient à bannir une idée » – Que cache la récente vague d’interdictions de livres ?
Issue #077 « Interdire un livre revient à bannir une idée » – Que cache la récente vague d’interdictions de livres ?
Issue #077 « Interdire un livre revient à bannir une idée » – Que cache la récente vague d’interdictions de livres ?
Issue #077 « Interdire un livre revient à bannir une idée » – Que cache la récente vague d’interdictions de livres ?
Issue #077 « Interdire un livre revient à bannir une idée » – Que cache la récente vague d’interdictions de livres ?
Issue #077 « Interdire un livre revient à bannir une idée » – Que cache la récente vague d’interdictions de livres ?
Issue #077 « Interdire un livre revient à bannir une idée » – Que cache la récente vague d’interdictions de livres ?
Issue #077 « Interdire un livre revient à bannir une idée » – Que cache la récente vague d’interdictions de livres ?
Issue #077 « Interdire un livre revient à bannir une idée » – Que cache la récente vague d’interdictions de livres ?
Issue #077 « Interdire un livre revient à bannir une idée » – Que cache la récente vague d’interdictions de livres ?
Issue #077 « Interdire un livre revient à bannir une idée » – Que cache la récente vague d’interdictions de livres ?
Issue #077 « Interdire un livre revient à bannir une idée » – Que cache la récente vague d’interdictions de livres ?
Issue #077 « Interdire un livre revient à bannir une idée » – Que cache la récente vague d’interdictions de livres ?
Issue #077 « Interdire un livre revient à bannir une idée » – Que cache la récente vague d’interdictions de livres ?
Issue #077 « Interdire un livre revient à bannir une idée » – Que cache la récente vague d’interdictions de livres ?
Issue #077 « Interdire un livre revient à bannir une idée » – Que cache la récente vague d’interdictions de livres ?
Issue #077 « Interdire un livre revient à bannir une idée » – Que cache la récente vague d’interdictions de livres ?
Issue #077 « Interdire un livre revient à bannir une idée » – Que cache la récente vague d’interdictions de livres ?

All products featured are independently chosen by the Service95 team. When you purchase something through our shopping links, we may earn an affiliate commission.

Women protesting about book bannings and censorship Getty

« Interdire un livre revient à bannir une idée » – Que cache la récente vague d’interdictions de livres ?

L’année dernière, l’autrice Margaret Atwood a commandé en édition limitée une version non combustible de son roman La servante écarlate. Depuis sa publication, en 1985, cet ouvrage a été interdit, ou a fait l’objet d’appels à l’interdiction, dans plusieurs États des États-Unis ainsi que dans certains pays incluant notamment le Portugal et l’Espagne, pour cause de blasphème, de contenu sexuel, d’antichristianisme et de personnages LGBTQIA+. Dans le magazine The Atlantic, Atwood se réjouit de ce volume non combustible : « Bon courage aux personnes souhaitant empêcher les jeunes de lire La servante écarlate : ça ne va que renforcer davantage leur détermination à le lire. » Fabriqué en papier ignifugé, ce livre non combustible était un acte de résistance, un symbole de la réaction d’Atwood à l’interdiction des livres, qu’il s’agisse des siens ou de ceux d’autrui.

Image of author Margaret Atwood burning Handmaid's Tale book with flame
Margaret Atwood, Penguin Random House/Sotheby’s

Alors qu’un récent rapport de l’American Library Association montre que 2022 a été une année record pour les tentatives d’interdictions de livres aux États-Unis, cette pratique est répandue depuis des siècles. De la Bible à la série Harry Potter, l’interdiction de livres peut avoir différentes motivations. Mickey Huff est le directeur de Project Censored, la puissante organisation américaine à l’origine de l’initiative mondiale Banned Books Week. D’après lui, la question centrale est celle du pouvoir. « Les livres sont souvent la cible d’une interdiction s’ils remettent en cause le statu quo social ou la pensée dominante, explique-t-il. Les ouvrages qui s’écartent des structures de pouvoir dominantes créent un certain malaise chez les détenteurs de pouvoir. Résultat : ils deviennent réactionnaires plutôt que tolérants et inclusifs. »

Daniel Gorman, directeur de English PEN, une organisation qui défend la liberté d’écrire et de lire à l’échelle mondiale, ajoute que l’interdiction des livres peut faire partie d’un processus d’éradication. « Vouloir interdire un livre revient à bannir une idée, ce qui correspond au rejet d’une identité. »

Cependant, l’interdiction des livres n’est pas seulement une question de politique et d’idéologie. Des appels sont également lancés pour interdire ou réécrire les textes offensants pour des raisons de misogynie, d’homophobie ou encore de racisme. En mai dernier, Angel Mhande, une étudiante de Belfast, a exigé que le roman de 1937 de John Steinbeck, Des souris et des hommes, soit retiré du programme des examens en raison de l’utilisation d’insultes raciales. En 2019, Pink News a révélé que la bibliothèque d’une école londonienne contenait des livres qui « encourageaient l’intolérance et la haine à l’égard des homosexuels », et un autre ouvrage qui « renfermait des opinions misogynes ». En 2018, des militants de Bangkok ont demandé au gouvernement thaïlandais de retirer un certain nombre de manuels scolaires, dont un qui conseillait aux parents « d’emmener leurs enfants LGBT chez un psychiatre ». Au Royaume-Uni, plusieurs universités ont ajouté des avertissements sous la liste des lectures conseillées, notamment des livres de Shakespeare et de Jane Austen, afin de protéger les étudiants de contenus potentiellement dérangeants. Et les discussions se poursuivent sur la question de savoir si les œuvres de Roald Dahl devraient être réécrites pour en supprimer les passages potentiellement racistes ou sexistes. 

Gorman affirme qu’un livre ne devrait jamais être interdit, mais que le contexte dans lequel il s’inscrit est de la première importance. « Même la publication des contenus les plus extrémistes devrait être autorisée sous une forme ou une autre, avec des méthodes de diffusion appropriées. Il peut y avoir des cas limités où retirer un contenu est indiqué, comme pour des images non consensuelles ou des textes diffamatoires, mais il faut que ce soit clairement défini. » Mais Huff va plus loin : comme il l’affirme, « Interdire des livres est un exercice de censure témoignant d’une république démocratique qui s’effondre et flirte avec le totalitarisme. Nous ne devons pas rester les bras croisés devant de telles choses. Non aux censeurs. Non à la censure. »

Simon Coates est un artiste et écrivain basé à Londres, dont les écrits ont été publiés dans The New European et dans le journal écossais The National.

Read More

SUBSCRIBE TO SERVICE95 NEWSLETTERS

Subscribe