Service95 Logo
Issue #072 Comment les activistes LGBTQIA+ créent des safe spaces pour la communauté queer au Kosovo
Issue #072 Comment les activistes LGBTQIA+ créent des safe spaces pour la communauté queer au Kosovo
Issue #072 Comment les activistes LGBTQIA+ créent des safe spaces pour la communauté queer au Kosovo
Issue #072 Comment les activistes LGBTQIA+ créent des safe spaces pour la communauté queer au Kosovo
Issue #072 Comment les activistes LGBTQIA+ créent des safe spaces pour la communauté queer au Kosovo
Issue #072 Comment les activistes LGBTQIA+ créent des safe spaces pour la communauté queer au Kosovo
Issue #072 Comment les activistes LGBTQIA+ créent des safe spaces pour la communauté queer au Kosovo
Issue #072 Comment les activistes LGBTQIA+ créent des safe spaces pour la communauté queer au Kosovo
Issue #072 Comment les activistes LGBTQIA+ créent des safe spaces pour la communauté queer au Kosovo
Issue #072 Comment les activistes LGBTQIA+ créent des safe spaces pour la communauté queer au Kosovo
Issue #072 Comment les activistes LGBTQIA+ créent des safe spaces pour la communauté queer au Kosovo
Issue #072 Comment les activistes LGBTQIA+ créent des safe spaces pour la communauté queer au Kosovo
Issue #072 Comment les activistes LGBTQIA+ créent des safe spaces pour la communauté queer au Kosovo
Issue #072 Comment les activistes LGBTQIA+ créent des safe spaces pour la communauté queer au Kosovo
Issue #072 Comment les activistes LGBTQIA+ créent des safe spaces pour la communauté queer au Kosovo
Issue #072 Comment les activistes LGBTQIA+ créent des safe spaces pour la communauté queer au Kosovo
Issue #072 Comment les activistes LGBTQIA+ créent des safe spaces pour la communauté queer au Kosovo
Issue #072 Comment les activistes LGBTQIA+ créent des safe spaces pour la communauté queer au Kosovo
Issue #072 Comment les activistes LGBTQIA+ créent des safe spaces pour la communauté queer au Kosovo
Issue #072 Comment les activistes LGBTQIA+ créent des safe spaces pour la communauté queer au Kosovo
Issue #072 Comment les activistes LGBTQIA+ créent des safe spaces pour la communauté queer au Kosovo
Issue #072 Comment les activistes LGBTQIA+ créent des safe spaces pour la communauté queer au Kosovo
Issue #072 Comment les activistes LGBTQIA+ créent des safe spaces pour la communauté queer au Kosovo
Issue #072 Comment les activistes LGBTQIA+ créent des safe spaces pour la communauté queer au Kosovo
Issue #072 Comment les activistes LGBTQIA+ créent des safe spaces pour la communauté queer au Kosovo
Issue #072 Comment les activistes LGBTQIA+ créent des safe spaces pour la communauté queer au Kosovo
Issue #072 Comment les activistes LGBTQIA+ créent des safe spaces pour la communauté queer au Kosovo
Issue #072 Comment les activistes LGBTQIA+ créent des safe spaces pour la communauté queer au Kosovo
Issue #072 Comment les activistes LGBTQIA+ créent des safe spaces pour la communauté queer au Kosovo
Issue #072 Comment les activistes LGBTQIA+ créent des safe spaces pour la communauté queer au Kosovo
Issue #072 Comment les activistes LGBTQIA+ créent des safe spaces pour la communauté queer au Kosovo
Issue #072 Comment les activistes LGBTQIA+ créent des safe spaces pour la communauté queer au Kosovo
Issue #072 Comment les activistes LGBTQIA+ créent des safe spaces pour la communauté queer au Kosovo
Issue #072 Comment les activistes LGBTQIA+ créent des safe spaces pour la communauté queer au Kosovo
Issue #072 Comment les activistes LGBTQIA+ créent des safe spaces pour la communauté queer au Kosovo
Issue #072 Comment les activistes LGBTQIA+ créent des safe spaces pour la communauté queer au Kosovo
Issue #072 Comment les activistes LGBTQIA+ créent des safe spaces pour la communauté queer au Kosovo
Issue #072 Comment les activistes LGBTQIA+ créent des safe spaces pour la communauté queer au Kosovo
Issue #072 Comment les activistes LGBTQIA+ créent des safe spaces pour la communauté queer au Kosovo
Issue #072 Comment les activistes LGBTQIA+ créent des safe spaces pour la communauté queer au Kosovo
Issue #072 Comment les activistes LGBTQIA+ créent des safe spaces pour la communauté queer au Kosovo
Issue #072 Comment les activistes LGBTQIA+ créent des safe spaces pour la communauté queer au Kosovo
Issue #072 Comment les activistes LGBTQIA+ créent des safe spaces pour la communauté queer au Kosovo
Issue #072 Comment les activistes LGBTQIA+ créent des safe spaces pour la communauté queer au Kosovo
Issue #072 Comment les activistes LGBTQIA+ créent des safe spaces pour la communauté queer au Kosovo
Issue #072 Comment les activistes LGBTQIA+ créent des safe spaces pour la communauté queer au Kosovo
Issue #072 Comment les activistes LGBTQIA+ créent des safe spaces pour la communauté queer au Kosovo
Issue #072 Comment les activistes LGBTQIA+ créent des safe spaces pour la communauté queer au Kosovo
Issue #072 Comment les activistes LGBTQIA+ créent des safe spaces pour la communauté queer au Kosovo
Issue #072 Comment les activistes LGBTQIA+ créent des safe spaces pour la communauté queer au Kosovo

All products featured are independently chosen by the Service95 team. When you purchase something through our shopping links, we may earn an affiliate commission.

Portraits of Kosovan LGBTQ+ activists Erblin Nushi/Adelina Rose; Edon Shileku; Rina Krasniqi; Lendi Mustafa; Erblin Nushi © Besfort Syla, Republika Agency

Comment les activistes LGBTQIA+ créent des safe spaces pour la communauté queer au Kosovo

« Je t’aime tel·lle que tu es » : voilà le mot d’ordre au nom duquel, en ce mois de juin, des centaines de personnes ont arpenté les rues de Prishtina, la capitale du Kosovo, pour fêter la septième parade des fiertés consécutive. Pour beaucoup d’entre elles, la marche était un symbole d’espoir et de progrès, une nouvelle preuve que le vent continue de tourner vers plus d’acceptation publique et de célébration de la culture queer. 

C’est essentiellement la population même du Kosovo, réputée pour sa jeunesse avec 55 % de personnes ayant moins de 30 ans, qui porte ce changement. Depuis la déclaration d’indépendance du Kosovo, en 2008, la constitution du pays reconnaît l’orientation sexuelle comme une catégorie protégée contre toute discrimination. Les activistes LGBTQIA+ militent de plus en plus pour exiger l’égalité dans d’autres législations. En 2015, la loi sur la protection contre la discrimination a été modifiée pour faire de l’identité de genre une catégorie protégée.

Les droits de la communauté LGBTQIA+ continuent néanmoins à connaître des difficultés certaines au plan social comme juridique. Ces dernières années, le Parlement du Kosovo a connu deux échecs d’adoption du Code civil national, le rejet étant en grande partie dû à un article qui ouvrirait la voie à la légalisation des unions entre les personnes de même sexe. Dans le système de santé actuel, les personnes transgenres n’ont pas accès à des soins de réattribution sexuelle. Le conservatisme social et l’homophobie restent courants.

Malgré cela, une communauté d’acteurs engagés continue de lutter pour une société plus sûre et plus inclusive pour tous·tes. Service95 a rencontré quatre activistes inspirants à Prishtina pour évoquer le concept d’environnement sûr, ce que cela signifie pour eux et en quoi il est essentiel de préserver de tels environnements.

Portrait of Kosovan LGBTQ+ actor and activist Rina Krasniqi
Rina Krasniqi © Besfort Syla, Republika Agency

Rina Krasniqi : actrice/artiste, 26 ans (elle)

En 2021, Rina Krasniqi a connu une percée internationale grâce à son rôle principal dans The Albanian Virgin, dont la première a eu lieu au Festival du film de Varsovie. À l’été 2022, le film a remporté l’ensemble des trois prix principaux décernés par le PriFilmFest, le Festival international du film de Prishtina. Outre le prix du meilleur film, Krasniqi a remporté ceux de la meilleure interprétation masculine et féminine.

The Albanian Virgin illustre la vie d’une « vierge jurée », une tradition albanaise vieille de plusieurs siècles dans laquelle certaines femmes faisaient vœu de célibat et vivaient comme des hommes, dans des sociétés patriarcales réprimant par ailleurs massivement les femmes. Le personnage de Krasniqi, Luana, décide de devenir un homme pour éviter un mariage arrangé.

À Prishtina, la double victoire de Krasniqi a suscité autant de critiques que de louanges, reflétant le débat déjà engagé à l’échelle mondiale dans l’industrie quant à la question de savoir s’il est opportun d’abandonner les catégories sexuées pour créer une approche plus inclusive et reconnaître les artistes non binaires.

Portrait of Kosovan LGBTQ+ actor and activist Rina Krasniqi
Rina Krasniqi © Besfort Syla, Republika Agency

Krasniqi est fière de contribuer à faire bouger les lignes. « Lorsque vous faites quelque chose en premier, vous allez essuyer les pots cassés », raconte-t-elle en faisant référence à la vague de réactions. « Mais cela dégage aussi une certaine beauté, car vous créez de la place pour de nouvelles choses. Je pense que c’est ce qui s’est passé, ici [au Kosovo]. Les gens ont pu constater que les personnes queers savent travailler et peuvent connaître le succès tout en restant fidèles à ce qu’elles sont. »

Pour Krasniqi, la coproduction germano-belgo-albanaise The Albanian Virgin a eu une saveur particulière à la fois pour des raisons personnelles et professionnelles. Elle a rencontré son compagnon sur le plateau et vit maintenant avec lui entre Prishtina et Bruxelles. Elle pense que cela a également permis d’attirer l’attention sur notre humanité commune. « Il ne faut pas oublier qu’au-delà d’être queers, nous sommes humains, indique-t-elle. Et nous devons nous rappeler que la sécurité de notre environnement provient de notre humanité, depuis notre enfance jusqu’à maintenant. » 

Portrait of Kosovan LGBTQ+ actor and activist Rina Krasniqi
Rina Krasniqi © Besfort Syla, Republika Agency

Krasniqi est montée pour la première fois sur scène avec sa sœur à l’âge de quatre ans, lors d’une émission de télévision pour enfants dans laquelle elles ont chanté la chanson Daba Daba. Cette chanson est devenue un hymne pour les enfants de sa génération. Elle a depuis continué à s’intéresser aux arts. Elle chante, joue de plusieurs instruments (piano, guitare et percussions), joue au théâtre et est désormais une actrice de cinéma primée. Se produire, quel que soit l’endroit, a toujours représenté pour elle la sécurité.

« Le jeu d’acteur permet de créer différents personnages, qui ont des identités et des biographies différentes. Pour moi, cela a constitué une liberté formidable, conclut-elle. Ça a été ma zone de confort. »

Portrait of Kosovar LGBTQ+ activist Edon Shileku AKA drag queen Victoria Owns
Edon Shileku/Victoria Owns © Besfort Syla, Republika Agency

Edon Shileku : acteur et YouTuber, 25 ans (il/lui)

En pleine préparation de la marche des fiertés, l’appartement de Edon Shileku s’est transformé en studio professionnel. Il y a enregistré l’émission YouTube qu’il a récemment lancée, Me men’ ska (Ton cerveau, c’est fait pour t’en servir) pour Nacionale, un média en ligne basé à Prishtina.

L’émission débute par la mise en garde suivante : « Déconseillé aux personnes étroites d’esprit, à moins que vous envisagiez plus d’ouverture. » Elle met en scène des discussions personnelles avec un groupe diversifié de Kosovars issu du monde de la culture : des acteurs, des musiciens, des créateurs de mode, des poètes et bien d’autres. Shileku rebondit sur les expériences professionnelles de ses invités pour aborder des questions de société plus larges, telles que les problèmes du système éducatif, la santé mentale et les questions d’accès et d’exploitation sur la scène artistique locale. Faire entendre des voix queers dans le débat public est l’un de ses objectifs.

Shileku, qui est acteur dans plusieurs productions indépendantes de théâtre et a grandi à Prishtina, est une figure déjà bien connue dans l’environnement culturel du Kosovo. Mais cette année, son nom s’est retrouvé en première ligne lorsqu’il a participé à Big Brother VIP Kosova, la première édition locale de l’émission de téléréalité internationale. Avec son charisme, sa liberté de parole sur sa bisexualité et son personnage de drag Victoria Owns, tout comme son franc-parler, Shileku a fait tomber les barrières culturelles et a contribué à promouvoir la représentation des personnes LGBTQIA+ dans l’opinion publique au Kosovo.

Comme il l’explique, « L’opportunité de passer à la télévision pour mieux informer d’autres personnes n’est pas accordée aux membres de la communauté. Ceux-ci ont plus tendance à rester entre eux, dans des environnements qu’ils considèrent comme sûrs. »

L’appartement dans lequel il produit son émission YouTube est l’un de ces environnements sûrs. « Lorsque je suis totalement dans le moment présent, sans réfléchir à mon comportement, à ma manière de parler, d’agir et de bouger, c’est là que je me sens en sécurité », ajoute-t-il.

Details of Kosovan LGBTQ+ activist Edon Shileku's home
© Besfort Syla, Republika Agency

Cependant, Shileku ne peut pas tenir sa sécurité pour acquise. Depuis son passage dans Big Brother, il a reçu des menaces, en personne comme en ligne. Ces expériences pénibles lui rappellent les moqueries subies dans son enfance, lorsqu’il était jugé « trop féminin ». Il a appris récemment que son petit frère âgé de 10 ans subissait du harcèlement à l’école du fait de son lien avec Shileku. « Cela m’a replongé dans mes traumatismes d’enfance, indique-t-il. Ça a été très douloureux. »

L’une des façons de gérer le stress consiste pour lui à mettre le feu sur scène sous les traits de Victoria Owns, lors d’événements queers se tenant à Prishtina ou dans les pays voisins. « Cela m’aide au même titre qu’une thérapie », affirme Shileku, qui rêve d’une tournée à l’international. « La scène m’aide à ne pas avoir peur. Je peux sortir tout ce qu’il y a en moi, et m’aimer pour tout ce que je suis. »

Portrait of Kosovan LGBTQ+ activist Lendi Mustafa
Lendi Mustafa © Besfort Syla, Republika Agency

Lendi Mustafa : gérant de bar et activiste, 26 ans (il/lui)

« Rien ne m’a rendu plus heureux que la première fois où ma mère a commencé à m’appeler “Mon fils”, » commence Lendi Mustafa, les yeux emplis de fierté comme de souffrance. Lorsque la mère de Mustafa est décédée, en avril dernier, il a perdu son plus grand soutien. Elle l’a aidé à surmonter les épreuves pendant les dix années qu’il a passées à affirmer son identité sexuelle d’homme transgenre.

Le soutien de sa mère lui a donné la force de s’exposer et de mener la lutte au bénéfice du reste de la communauté queer. Que ce soit en documentant sa transition en ligne, en diffusant des discours poignants lors de la marche des fiertés de Prishtina ou en travaillant pour la société civile afin de protéger les jeunes LGBTQIA+ confrontés au rejet ou à la violence de leur famille, Mustafa est devenu l’un des militants les plus acharnés et les plus puissants du Kosovo.

Personal photographs in the home of Lendi Mustafa Kosovan LGBTQ+ activist
© Besfort Syla, Republika Agency

Il tire sa motivation en partie du souvenir de sa propre jeunesse, lorsqu’il ne savait pas vers qui se tourner pour obtenir de l’aide. Comme il l’explique, « Lorsque vous grandissez et que vous n’avez pas accès à l’information, vous pouvez souffrir de solitude, vous sentir tout seul. Personne ne doit savoir, et si vous vous trahissez, on vous tombera dessus. C’était le genre de pensée anxiogène qui me hantait : si quelqu’un découvrait mon secret, ma vie serait finie. »

Les actions menées par Mustafa visent à rendre l’ensemble du Kosovo plus sûr pour les personnes LGBTQIA+. Mais il pense aussi qu’il faut tout d’abord commencer par la recherche d’un sanctuaire en soi. « Nous grandissons dans une société qui nous donne à penser que notre identité n’est pas sûre, poursuit-il. Peu d’espace nous est accordé pour être nous-mêmes, mais je pense que nous pouvons progresser en créant déjà cet espace en nous et chez les autres, puis en étendant ce sentiment positif à de nouveaux espaces. »

Portrait of Kosovan LGBTQ+ activist Lendi Mustafa
Lendi Mustafa, Bubble © Besfort Syla, Republika Agency

En mai 2022, Mustafa a ouvert Bubble, qui est le seul bar queer à Prishtina. À toutes les personnes qui franchissent les portes de l’établissement, il offre un soutien semblable à celui qu’il a reçu de sa mère. Au-delà de l’organisation régulière de drag shows, le personnel de Bubble collecte des fonds pour aider les personnes transgenres à accéder à des soins de réattribution sexuelle.

Comme Mustafa l’indique, « Bubble représente un environnement sûr créé pour d’autres. C’est un endroit où la communauté peut se rassembler et profiter de la vie. Demain, si vous ne trouvez aucun espace dans lequel vous vous sentez en sécurité, vous pouvez au moins venir au Bubble. »

Portrait of Kosovan LGBTQ+ activist and drag artist Adelina Rose
Adelina Rose © Besfort Syla, Republika Agency

Erblin Nushi/Adelina Rose : cinéaste/drag queen, 31 ans (iel)

Adelina Rose s’est montrée pour la première fois sur scène en 2018, au bar gay Pieces de Greenwich Village, à New York. Désormais, il est le plus souvent possible de rencontrer le personnage de drag d’Erblin Nushi, qui avait 25 ans lors des débuts d’Adelina, au Bubble.

Nushi, cinéaste, n’aurait jamais cru faire sa vie au Kosovo. Bien qu’ayant grandi au Kosovo, iel a déménagé aux États-Unis à l’âge de 17 ans. Son premier long métrage l’a ramené·e quelques années en arrière. Le résultat, I Love You More (dont la première aura lieu plus tard dans l’année), prend l’identité queer au Kosovo comme point de départ pour parler de l’amour familial.

« Le film n’est pas vraiment consacré aux difficultés d’être gay au Kosovo, note Nushi. Je souhaitais porter le message d’amour entre un enfant et sa mère parce que malheureusement, de nombreuses personnes n’ont pas la chance d’en bénéficier, ici. » Nushi a pu constater qu’au Kosovo, de nombreuses personnes queers ne reçoivent pas cet amour.

Pendant la création du film, Nushi a été enthousiasmé·e par l’élan du mouvement queer et a décidé de rester pour contribuer au changement. Comme iel le fait remarquer, « Au regard du chemin parcouru, le Kosovo a énormément progressé ; dans notre communauté, nous avons des gens qui font plein de choses différentes dans de nombreux domaines. J’avais envie de contribuer par mon art, ma présence de drag et mon film. »

Portrait of Kosovan LGBTQ+ activist and drag artist Adelina Rose
Adelina Rose © Besfort Syla, Republika Agency

Les unions entre personnes de même sexe font l’objet d’un combat permanent. « Le système ne nous permet pas de faire ce que n’importe quelle famille hétérosexuelle pourrait faire », reprend-iel. Par ses actions, Nushi aide le mouvement à obtenir une pleine égalité sociale et juridique. 

Adelina Rose, le personnage de drag de Nushi, joue un rôle clé dans son activisme. Le nom Adelina vient de la Grande Dame de la scène pop du Kosovo, Adelina Ismaili, que la communauté queer apprécie pour son soutien actif. Et Rose est un clin d’œil aux buissons fleuris de Peja, la ville où Erblin a grandi.

Son costume est lui aussi tout un programme. La robe bustier à dentelle rouge favorite d’Adelina a été portée pour la première fois il y a 19 ans par sa sœur, pour le bal de fin d’année. « J’ai été totalement bluffé·e lorsqu’elle l’a portée, et j’ai toujours rêvé de la porter à mon tour », raconte-t-iel. Il s’agissait là seulement d’une des nombreuses robes confectionnées par la mère de Nushi, qui est couturière. « Elle me faisait parfois essayer des choses pour elle, comme si j’étais son modèle. »

Adelina Rose se produit souvent au Bubble, un espace qui lui rappelle sa chambre d’enfant, là où tout a commencé. « Ma chambre était mon environnement sûr, car c’était toujours comme si j’étais dans un monde différent, raconte-t-iel. Plusieurs années plus tard, cet environnement sûr est maintenant devenu le Bubble. Je peux y faire tout ce que je faisais avant dans ma chambre, simplement avec un public en plus. Je le faisais devant mon miroir, alors que maintenant c’est devant 200 personnes. »

Besa Luci est une journaliste basée à Prishtina. Elle a cofondé et est rédactrice en chef du magazine Kosovo 2.0

Read More

Subscribe